Archives du mot-clé transports

Tinte d’amour

Je t’aime

dans la touche ocre sur tes paupières,
dans tes cheveux reflets et ombres,
dans le profond de tes yeux sombres,
dans le clair-obscur de l’hiver.

Je t’aime

quand mes mains s’expriment et t’enchantent,
quand deux dessins se font sculptures,
quand, de ma bouche, j’en fais lecture,
quand tes courbes sont résonnantes.

Je t’aime

pour ton souffle fait haletant,
pour ta voix qui geint et appelle,
pour ton corps qui s’arque et se tend,
pour tes yeux bruns qui étincellent.

Je t’aime

sous ton corps las devenu lourd,
sous ton regard tout attendri,
sous le charme de ton esprit,
sous l’emprise de ton amour.

« Tinte d’amour » de Laurent QUIQUEREZ est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons CC-BY-NC-SA 4.0. En savoir plus sur les (nombreux) droits et les (quelques) devoirs.

à MASQ

2015-2016 Yssingeaux – Villeurbanne, France

 Reclining Figure by Jean Marchand
CC0 Public Domain « Reclining Figure » by Jean Marchand (French, Paris 1883–1941 Paris)

Noter cette poésie : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 vote(s), moyenne: 4,00 sur 5)
Loading...

Sonnets – Germont

(Notes de Lecture)

Sonnets - Germont Forme du passé pour déclaration moderne, ces sonnets ne sont pas strictement des sonnets.

De tableau en tableau, l’émerveillement jaillit de toute part et le mot dépeint l’irrépressible bouillonnement de la vie.

Aussi, la rime s’oublie parfois en assonance, et les vers prennent autant de pieds que nécessaire.

Reste le 2×4+2×3, reste le lyrisme de l’auteur, reste l’esprit de poésie.

Ainsi commence le voyage :

Extrait :

I

Je dédie cette vie véritable
Au double que l’amour seul reconnaît
Lui qui fidèlement m’accompagne
Avant de se confondre en moi à jamais.

Or de ce garçon il ne voulait jamais parler
Comme par honte de sa grâce native.
Il lui souriait dans les regards étonnés,
Mais il fermait les yeux avec mépris.

Pardonnez le trouble et la souffrance
Qui pourront naître de la vision redoutable
Du monde réel, dont il m’est seul garant.

C’est lui pourtant qui m’entraînant
Sacrifia mes angoisses à la beauté
Et m’enseigna le prix de mon attente.

© Germont – ed. La Coopérative
lire plus, dont les premières pages

Ouvrage à commander:
  • Chez votre libraire : Sonnets – Germont – éditions La Coopérative – ISBN 979-10-59066-00-2    64 pages    9 €
  • en livraison chez VOTRE libraire : lalibrairie.com

Soyons polis

(Gemmes, beaucoup)

C’était une femme polie, polie, polie
amoureuse
et je l’ai trouvée jolie, jolie, jolie
car heureuse.
Je me suis trouvé soumis, soumis, soumis
à ses flots,
embarqué, à la déri-, déri-, déri-
-ve en ses eaux.

Moi, qui n’étais que ligneux
bien trop vert et trop noueux,
elle m’a doucement plongé
en saumure, en eaux salées.
Et au gré des tourbillons,
et des vagues, et des marées
m’ont ballotté à façon,
transformé en bois flotté.

C’était une femme polie, polie, polie,
(d’un) généreux,
que j’en ai été épris, épris, épris,
amoureux.
Entraîné dans une folie, folie, folie,
douce et mûre,
Enferré dans un déni, déni, déni,
(au) pied du mur.

J’avais le cœur dur comme pierre
des fissures mal étayées,
des arrêtes brutes de carrière
et des idées bien tranchées.
Moi, bloc de roc qu’on cassait,
mis dans l’écume de ses eaux,
je devins dans les rouleaux
rond et doux comme un galet.

Elle m’a rendu poli, poli, poli ;
précieuse
artisane, brillante aussi, aussi, aussi,
talentueuse.
Comme une orfèvre à Paris, Paris, Paris,
de son mieux,
m’a clivé comme un rubis, rubis, rubis,
très précieux.

Et moi qui croyais briller,
en fait terne et prétentieux,
ma gangue en fut éclatée (et)
je fus taillé de son mieux :
nouvelles faces découvertes,
plans brillants, nouveau éclats,
taille parfaite me fut offerte
par des gestes délicats.

À tou-te-s, je nous souhaite poli-e-s, poli-e-s, poli-e-s,
amoureux-ses,
libres de suivre nos envies, envies, envies,
d’être heureux-ses ;
que nos cœurs battent en poly, poly, poly
(po)lyphonie,
que chacun chante joli, joli, joli
sa partie.

À vos cœurs d’adolescent-e-s,
plein d’angoisses, de jalousies,
on peut (leur) laisser le temps -de-
le temps de se faire polis ;
ouverts à d’autres bohèmes,
des gens polis et doux et
qui sauront tout-e-s révéler
une facette de vous que j’aime.

 

« Soyons polis » de Laurent QUIQUEREZ est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons CC-BY-NC-SA 4.0. En savoir plus sur les (nombreux) droits et les (quelques) devoirs.

2015 – Villeurbanne, France

geode-may08-1
CC-BY-NC-SA« geode-may08-1 » by Mike Rodriquez via Flickr

Noter cette poésie : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 vote(s), moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

La femme de liège

Une femme comme une fée
m’a fait la profonde élégance
au beau milieu d’une assemblée
de m’offrir une révérence.

Les oiseaux d’arrière-saison
faisaient des leurs malgré la pluie
et prise par saine passion
elle osa dire « j’ai envie ».

Sans dire plus d’un mot magique,
un jour en chambre de mes peurs,
elle vint apaiser ma panique
sans ombre pour d’autres bonheurs.

C’était une femme de liège
sur l’onde entre l’eau et le vent
qui ne se prend à aucun piège,
juste flottant sur le courant.

Et dans les limbes de la nuit
depuis lors, quand je souhaite écrire,
Ah ! femme mûre, à l’envi,
Ah ! à l’envi, je te désire.

Licence Creative Commons
« La femme de liège » de Laurent QUIQUEREZ, d’après « Le garçon de Liège » de Louise de Vilmorin, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons CC-BY-NC-SA. En savoir plus sur les droits et les devoirs.

2014-2015 – Villeurbanne, France

+1 by . Entrer dans le rêve via Flickr CC-BY-NC-SA
CC-BY
« +1 » by . Entrer dans le rêve via Flickr

Noter cette poésie : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore de note)
Loading...

Fichier texte éditable :
Fichier PDF :

Épris entre 4 yeux

(emprises amoureuses)

Je m’suis fait prendre entre quatre yeux,
tous quatre fort beaux et audacieux.

Je m’suis fait prendre, et je vous prie,
d’une manière qui m’a souri.

Je m’suis fait prendre, et la mépri-
-se m’empêcha de dormir la nuit.

Je m’suis fait prendre… n’ai pas compris,
comment comprendre, mais ça m’apprit.

Je m’suis fait prendre ; et qu’ai-je appris ?
Que ça fait plaisir d’être envie !

Je m’suis fait prendre et me dépris
de mes peurs et de mes soucis.

Je m’suis fait prendre et suis surpris
de me sentir épanoui-e.

Se laisser prendre, aussi laisser,
à ces beaux yeux, toutes libertés.

Je m’suis fait prendre et je le vis,
Grâce à ces cadeaux de la vie.

Se laisser prendre, comme c’est précieux,
suivant l’avis de deux paires d’yeux.

Une harmonie entre quatre yeux
que le bonheur rend merveilleux.

Licence Creative Commons
« Épris entre 4 yeux » de Laurent QUIQUEREZ est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons CC-BY-NC-SA 4.0. En savoir plus sur les (nombreux) droits et les (quelques) devoirs.

2014-2015 Villeurbanne, France

first.last.8.4.2013-12.jpg by Miss Wetzel's Art Class via Flickr CC-BY-SA
CC-BY-SA
« first.last.8.4.2013-12.jpg » by Miss Wetzel’s Art Class via Flickr

Noter cette poésie : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore de note)
Loading...

Khalil Gibran – Lorsque l’Amour vous fait signe… suivez-le

(Notes de Lecture)

[Par le hasard le plus fortuit, j’ai rédigé et posté cet article au moment où des fusillades ensanglantaient Paris.
Je ne veux rien changer de la rédaction, mais cela parle sans ambiguïté  de l’amour. Celui des humains : physique et sensuel.]

En cette période de confusion des valeurs,
revenons aux valeurs généreuses de la sagesse orientale.

Khalil Gibran, Lorsque l'amour vous fait signe... suivez-le On ne le voit pas venir, il vous prend et vous enserre, vous manipule comme son objet : vous n’êtes plus vous-même pendant un temps.
Victime.

Tant qu’à être victime, autant l’accepter ; se laisser mener pendant un moment, se laisser soumettre.

Ce bout de chemin est l’occasion de se découvrir, de se sentir belle-beau, de devenir humble et compréhensif-sive.

Ainsi commence le voyage de cet ouvrage magnifique en édition bilingue français/calligraphie :

Lorsque l’amour vous fait signe… suivez-le,

Bien que ses chemins soient abrupts
et escarpés,

Et quand ses ailes vous enveloppent,
livrez-vous à lui,

Malgré l’épée cachée dans son plumage
qui pourrait vous blesser.

Et s’il vous adresse la parole,
croyez en lui,

Même si sa voix fracasse vos rêves,
comme le vent du nord dévaste les jardins.

(…)

© Khalil Gibran

Ouvrage à commander:
  • Chez l’éditeur : Editions J. C. Lattes
  • en livraison depuis une librairie physique : decitre.fr

Mamie Gratte-Ciel est de sortie (Reprogrammée)

Cet article est le numéro 4 de 8 articles dans la serie Alentours poétiques

Pour ses 80 ans, Mamie Gratte-Ciel s’est offert le bilan de sa vie : naissance, guerre, amant, enfants, travail, engagements, anniversaires, fêtes, veuvage, rénovations, culture, vieillesse…
Elle a rencontré ses voisins, ses ami-e-s, les visiteurs de ce quartier, les enfants qui y jouent…
Elle a couché tout ça en rimes sur le papier, et elle souhaite le partager (Licence Creative Commons CC-BY-NC-SA 4.0) ; l’offrir à ceux qui la font vivre.

Dans le cadre du « Festival des Communs », samedi 10 octobre 2015 vendredi 16 octobre 2015, Mamie Gratte-Ciel viendra se glisser en 2000 exemplaires dans les boîtes aux lettres de l’ensemble architectural des Gratte-Ciel.
Elle laissera les habitants s’approprier l’histoire de leur quartier, faire un pliage déco pour lui rendre sa forme et exercer leur talent de personnalisation.
Ainsi, dans l’ensemble architectural des Gratte-Ciel de Villeurbanne, l’avenir s’écrit et la vie s’écoule dans le partage…

Télécharger son exemplaire à imprimer

Télécharger Mamie Gratte-Ciel, poème en forme de Gratte-Ciel à partager et à personnaliser . (Instructions de pliage ci-dessous)

Noter cette poésie : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore de note)
Loading...

Vous pouvez aussi laisser un commentaire.

Avec la complicité de

Les gens inspirants du quartier : Les Petits Frères des Pauvres, Ensemble au 44, Arlette, Giselle, Caroline, tous ceux qui font vivre la place Lazare Goujon et les Gratte-Ciel, les enfants, Johnny-Michel et les autres, Vinciane Vieira, L’Où Jeu Peins (Vanessa Walter), la Cave des Gratte-Ciel, Boucherie Pinatel, CaroBidules, feu Sous l’Cerisier, les commerçants indépendants et sympas du quartier, Nicolas Vadon, La médiathèque du Rize et ses documentalistes, Archipel CDCU, Géraldine Huet (Médiathèque du Rize).

Les valeureux distributeurs : Sophie et Xavier.

Avec le soutien de commerçants du quartier

Le pliage illustré

Pliage 1 Mamie Gratte-Ciel                Pliages 2 Mamie Gratte-Ciel

Étape 1 : plier en 2 en long                               Étape 2 : plier en accordéon

La personnalisation

Elle fait toute la valeur du document et c’est ce qu’on veut !
Dessin, coloriage, tampons, découpage, collage…

Les fichiers (à venir)

Texte Brut sans les élisions :
Texte Brut avec élisions :
Texte mis en page :

Univers cité

Je descends hagard
à gare de Nante-
-rre, univers si té-
-nu que ces trois barres.
En tête de rame,
je prends le chemin,
passe sous les trains
qui vont à Paname.

Les tours de la gar-
-de républicaine,
que des capitaines
tiennent à l’écart,
vivent un peu à part
mais en bonne entente :
elles n’ont de ces barres
qu’une vue distante.

J’en hais l’architecte,
surtout archi-con,
et je le suspecte
de chier du béton :
des pièces trop comme une
cellule sans barreau,
on y aimerait la lune,
on a le caniveau.

On entend le voisin
son chien et sa femme,
quand son amant vient
elle gueule comme un âne.
En plus on profite
du son de la télé
de l’odeur des frites
des cris du bébé.

Il n’y a pas ici
que des enfants de chœur
mais certaines familles
n’ont que des chômeurs.
Quand les estomacs
crient plus fort que les fesses
on a bien le droit
de monter un bizzness.

Les mémères du coin
s’embêtent un petit peu
et leur baratin
apporte un petit mieux.
La barre a chez les m-
-émères en question
une réputation
que partout elles sèment.

C’est dans une barre
bordée de bancs, lieu
de vie de bagarres
et nid d’amoureux,
que loge la fée
qui hante mes nuits ;
tout ce qu’elle en fait
tient du paradis.

Et je me fous bien
des réputations
tous les jours j’y viens
sans appréhension.
Car elle se fait belle
et, sans prétention,
elle m’ensorcelle,
cette reine, ovation !

« Univers cité » de Laurent QUIQUEREZ est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons CC-BY-NC-SA 4.0. En savoir plus sur les (nombreux) droits et les (quelques) devoirs.

1994-2001 – Nanterre-Courbevoie, France

Le bidonville de Nanterre by Gongashan via Flickr CC-BY-NC-ND
CC-BY-NC-ND
« Le bidonville de Nanterre » by Gongashan via Flickr

Noter cette poésie : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore de note)
Loading...

Je pars en live: Soirée Poésie à l’Archipel des Mots (Gex – France)

Cet article est le numéro 2 de 4 articles dans la serie Live

Je pars en live: Soirée Poésie à l’Archipel des Mots (Gex – France)
Soirée poésie

Vendredi 14 novembre 2014:
à la librairie L’Archipel des Mots
81 rue du commerce – Gex – (carte)
Présentation des résultats du 7ème concours de poésie et lecture de poèmes par André Leenhardt
Entrée libre, ouvert à tous, collation offerte.

Par les organisateurs:

  • Un accueil impeccable,
  • Une animation et des lectures sensibles des poésies lauréates du concours,
  • une sélection de poésies pointues et accessibles, récitées de mémoire (respect !) et avec cœur par André Leenhardt,
  • une fin de soirée sympathique à laquelle les enfants ont mis l’ambiance,
  • une délicieuse collation faite maison.

Pour ma part :

Soirée magistralement organisée par la librairie L’Archipel des Mots, librairie à Gex – France –  Avec le soutien de la municipalité de Gex.

J’en reviens avec des inspirations à la dizaine pour la suite (poésies pour enfants, Alentours poétiques, activités « je fais un livre », dispositifs d’animation poétiques… ).
Revigorant !

Merci aux organisateurs et au public.

Cet article est le numéro 2 de 8 articles dans la serie Alentours poétiques

Safety Card – Instructions de Sécurité

Pour parer à toutes les éventualités d’un passionnant voyage, merci d’imprimer (et découper) la carte des instructions de sécurité et de l’offrir gracieusement autour de vous :

Savety_card_v4_recto_petit Savety_card_v4_verso_petit

« Mesdames et messieurs, c’est le capitaine Laurent qui vous parle.
Tout l’équipage vous souhaite la bienvenue à bord.
Nous vous prions de bien lire les consignes de sécurité et nous vous souhaitons un agréable voyage.
Merci de voyager avec Aeroflotte Kabyle Airlines.
Décollage imminent. »

« Ladies and gentlemen, captain Laurent speaking.
Welcome on board.
Please read carefully the safety instructions.
Thank you for flying with Aeroflotte Kabyle Airlines.
Crew members wish you a pleasant fly.
Immediate take off. »

Noter cet « Alentour poétique » : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 vote(s), moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Réalisé pour la Voisinade du CCO et du Toï Toï 2014 à Villeurbanne.
Un grand merci à leurs équipes pour l’accueil et l’organisation.